L’étang de Thau

L’étang de Thau est situé dans le Midi de la France.

etang-de-thau-google

Il fait 17 Km de long sur 4 Km de large avec une profondeur moyenne de 5 m pouvant atteindre jusqu’à 10 m par endroit. La profondeur maximale est de 30 m à la Cadoule dans la crique de l’Angle au droit d’une résurgence thermale.
L’étang est pratiquement fermé, ne communicant avec la mer que par d’étroites ouvertures, les canaux de la ville de Sète au Nord et par deux petits graus au Sud, celui dit du Quinzième et celui du Pisse-Saumes du côté de Marseillan.
Un cordon littoral ou lido le sépare de la mer et s’étend de Sète à Agde.
Sur ses rives se trouvent la ville de Sète et les villages de Balaruc les Bains, Balaruc le Vieux, Bouzigues, Mèze et Marseillan.

C’est une lagune de type tectonique, elle s’est formée il y a environ 8 000 ou 10 000 ans dans le fond d’un synclinal.

Plus chaude que la mer l’été, elle abrite une riche faune aquatique, lieu de migration de plusieurs espèces de poissons : daurades, loups et anguilles. On y trouve également des espèces rares et protégées : l’hippocampe ou le lièvre de mer ainsi qu’une profusion de coquillages, les murex (poivres) et les palourdes.

L’étang de Thau constitue un écosystème fragile. Il est soumis à des facteurs antagonistes de comblement et de submersion.

La tendance au comblement est dûe à la sédimentation terrigène et biologique. La prolifération d’espèces invasives, comme les cascails qui ont été introduits accidentellement d’Australie par l’homme, accélère le comblement de la lagune.

Le confinement favorise la multiplication d’algues microscopiques, phénomène connu sous le nom de malaïgue, qui asphyxiant le milieu contribue à l’extinction des espèces marines.

Avec le réchauffement climatique l’étang risque d’être submergé par la montée des eaux, le lido se serait déjà déplacé en terre de 200 m depuis les 2000 dernières années.

 

Sète est le 1er port de pêche de Méditerranée française avec 3 317 t de poisson en 2011, à titre de comparaison le port de Sfax en produit 2,5 fois plus.

À Sète la flotte est composée de 18 thoniers, 14 chalutiers et 28 petits métiers.
Les chalutiers en fer et polyester vont pêcher au large (5 à 6 heures de route). Les chalutiers en bois pêchent moins loin mais au-delà des trois milles nautiques (3 à 4 heures de route). Les petits métiers pêchent entre la côte et les trois miles nautiques ainsi que dans l’étang de Thau.

La gamme de produits proposés à la vente par la criée est étendue : anguilles, crabes verts, anchois en passant par les baudroies, sardines, rascasses, sars ou encore loups.

Sète au début du siècle

Au début du siècle dernier la pêche se pratiquait encore à la voile avec les fameux bateaux boeufs qui par paires trainaient de concert leur filet, le guangui. Concurrencée par la vapeur la flotte à voile sétoise a disparu. Les chantiers de construction navale ont périclité jusque dans les années 60, aujourd’hui ils ont complètement disparu. Le dernier a fermé en 2002, il s’agit du chantier Aversa, actuellement sauvegardé par l’association Voile Latine de Sète et du Bassin de Thau qui compte bien le réhabiliter en tant qu’objet de patrimoine maritime méditerranéen.

La pêche artisanale dans l’étang de Thau

Capéchades

Photo Fernand Boyer – Capéchade

Filets

Pêche aux canats

Photo Fernand Boyer – Pêcheurs guettant les muges dans la brume avec les cannes sur les nacelles.

Crocs

La sortie de la daurade

La conchyliculture

Huitres

Moules

Palourdes

Murex

La pêche artisanale dans l’étang de Thau est en nette diminution, la ressource s’épuise malgré l’instauration de quotas.

L’aquaculture : « Les Poissons du Soleil »

Cette entreprise a commencé à développer une nurserie, et s’est spécialisée dans la commercialisation d’alevins de loups. Elle a bénéficié de la présence d’une source thermale à Balaruc, où elle peut pomper de l’eau relativement chaude toute l’année pour alimenter ses bassins.

Le tourisme et la viticulture sont deux autres ressources qui façonnent la vie autour de l’étang de Thau.